Parcours professionnel

Née à Montmagny en 1976, Élise Dubé vit à Petite-Vallée en Gaspésie. Elle est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia. Son travail explore la broderie et l’assemblage de fibres dans des œuvres bidimensionnelles ou des installations in situ, tandis que ses modes de production oscillent entre l’intime et le communautaire. Elle implique donc fréquemment les publics de différentes communautés dans la réalisation même de ses projets. Ses réalisations ont fait l’objet d’expositions collectives présentées au Québec. Ayant travaillé également comme médiatrice culturelle en arts visuels, en théâtre et en chanson pendant une dizaine d’années, elle enseigne aujourd’hui les arts plastiques au Cégep de la Gaspésie et des Îles, Campus de Gaspé.

Le temps, la précision et la minutie requis par les techniques textiles amènent un geste répétitif qui occupe une place essentielle dans le travail d’Élise Dubé. Ainsi se déploie le caractère intime de sa pratique, qui lui permet d’être en contact avec l’intangible et l’éphémère. En sondant ces territoires intérieurs, où intime et universel s’entremêlent, les emplacements apparaissent alors comme des étendues explorées, marchées point par point, et le support devient un lieu d’accumulations et de transformations, au confluent du réel et du non-tangible qu’il évoque.

Liens externes

Site internet Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre.

Le ministère de la Culture et des Communications ne peut être tenu pour responsable ni de la qualité de la langue française ni des contenus qui sont diffusés par des tiers sur les plateformes de médias sociaux.

Approche et Activités proposées

Polystyrène et techniques textiles

Le polystyrène expansé, le plastique de certains contenants alimentaires, produit pétrochimique, n’est pas biodégradable. Il survit environ 500 ans dans nos sites d’enfouissement. Dans plusieurs régions du Québec, il ne fait pas l’objet du tri sélectif. Élise Dubé explore les possibilités de cette matière. Elle en découpe de longues minces fibres. Selon les angles, ces dernières semblent veloutées et scintillantes, ou lustrées et craquelées. Pour l’observateur, la nature de ces fibres demeure mystérieuse : algues? charbon? cuir? L’artiste exploite des techniques textiles anciennes comme le tissage, l’entortillement, le nouage ou la broderie en points de couchure afin d’assembler avec du fil de coton ces fibres issues d’un déchet moderne et banal. Émergent alors maintes possibilités… Préalablement à l’activité, une correspondance est envoyée à chacun des enfants ou des adolescents. Elle vise à présenter l’artiste succinctement et à annoncer sa venue à l’école. Dans celle-ci, l’élève se voit également invité à récolter avec sa famille des barquettes de polystyrène expansé post-consommation. Des consignes claires sont transmises à l’enseignant comme aux élèves afin qu’une banque de matériel soit constituée avant le rendez-vous avec l’artiste. En amorce de la rencontre, la nature du matériel est présentée aux élèves grâce à des images, du contenu informatif et des objets. La démarche artistique et écologique de l’artiste se trouve également exposée. Une démonstration des techniques textiles nommées précédemment se produit juste avant l’atelier participatif où les jeunes découvrent, par l’expérimentation, en plus des techniques, les moyens d’expression que sont la fibre de polystyrène et le fil à broder de coton. Afin de stimuler la créativité, chacun se voit remettre un petit sac contenant des amorces (objets et mots) auxquelles il doit répondre par la création. L’artiste accompagne les jeunes tout au long du processus en remettant en question leurs choix et en les aidant dans l’exécution technique, au besoin. En fin de compte, chacun donne un titre à sa création textile et la présente au moyen de suspensions par des fils, selon l’espace disponible. La partie pratique offerte aux élèves emprunte à la démarche de l’artiste par deux aspects principaux. D’abord, elle propose aux élèves un même mode exploratoire, soit le jumelage entre un déchet moderne et des techniques anciennes. Ensuite, par la participation des familles en amont de la rencontre, l’activité poursuit le modus operandi qui a permis jusqu’à maintenant d’accumuler le polystyrène expansé. Afin d’amorcer la collecte de matières premières dans des communautés, cet atelier a déjà été tenu et éprouvé à plusieurs reprises, tant au primaire qu’au secondaire. Il peut avoir lieu en une seule rencontre ou en une série de rencontres. Selon l’âge des participants, la complexité des techniques proposées peut être ajustée.
3e primaire 4e primaire 5e primaire 6e primaire Adaptation scolaire (secondaire) 1re secondaire 2e secondaire 3e secondaire

Frais et conditions

Local de classe, projecteur informatique et tableau blanc
Chaque élève doit avoir une paire de ciseaux.

Région(s) desservie(s)

Bas-Saint-Laurent, Saguenay—Lac Saint-Jean, Capitale-Nationale, Mauricie, Estrie, Montréal, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue, Côte-Nord, Nord-du-Québec, Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, Chaudière-Appalaches, Laval, Lanaudière, Laurentides, Montérégie, Centre-du-Québec

Disponibilités

de septembre à juin

Achat de matériel

Fils de coton à broder de différentes couleurs
Environ 30 $ pour un groupe

Assujetti aux taxes

Non

Dubé, Élise