Parcours professionnel

Karine Lambert a enseigné les sciences au secondaire pendant huit ans avant de faire une maîtrise en études littéraires et de se consacrer à l’écriture de romans pour la jeunesse. Elle affectionne particulièrement le roman policier et le fantastique, deux genres littéraires qui lui permettent de développer des textes remplis de mystère et de féérie qui éveillent la curiosité et stimulent l’intérêt des jeunes lecteurs. Les deux premiers tomes de sa série Les enquêtes de Gaston Dupont (Le mystère de la cacahuète jaune et Le corridor des mauvais sorts) ainsi que Hortense Craquepote et moi font partie de la Sélection Communication-Jeunesse. Le mystère de la cacahuète jaune est aussi finaliste pour le prix Hackmatack 2017.

Les titres suggérés

Confirmer cette information directement avec la ressource.

Niveaux scolaires

3e primaire, 4e primaire, 5e primaire, 6e primaire

Liens externes

Page Facebook Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre.
Site internet Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre.

Le ministère de la Culture et des Communications ne peut être tenu pour responsable ni de la qualité de la langue française ni des contenus qui sont diffusés par des tiers sur les plateformes de médias sociaux.

Approche et Activités proposées

Mystère et gomme à effacer : une initiation au roman policier

Après une introduction brève sur le genre policier, l’auteure présente deux énigmes inspirées de l’univers de la série Les enquêtes de Gaston Dupont (de courts textes policiers de moins de 200 mots). Pour chacune des énigmes, l’auteure amène les élèves à découvrir comment le langage est utilisé afin de berner le lecteur. En petits groupes et sous la supervision de l’auteure, les élèves sont ensuite invités à créer leur propre énigme qu’ils doivent par la suite présenter à leurs pairs.

En concertation avec l’enseignant, différents niveaux de difficulté peuvent être choisis pour la création de l’énigme : les élèves peuvent se faire donner le contexte de l’énigme et n’avoir qu’à la mettre en mots (niveau facile), les élèves peuvent se faire donner quelques pistes afin de parvenir à la création de l’énigme (niveau moyen) ou les élèves peuvent être laissés entièrement libres de surprendre avec une énigme complètement inventée (niveau expert).

L’atelier dure environ une heure. L’exploration et l’explication des énigmes proposées par l’auteure durent environ 25 minutes. Une vingtaine de minutes sont par la suite nécessaires à la création des courts textes par les élèves et les 15 dernières minutes sont dédiées au partage et à la discussion autour des énigmes créées.

Le roman policier est l’un des genres fétiches de Karine Lambert. Également appelé le roman-jeu, il bénéficie d’une grande popularité chez les jeunes. Son succès s’explique en grande partie par le suspense créé par l’énigme à résoudre. Si les auteurs du genre réussissent à produire un effet de surprise, c’est qu’ils manient le langage de façon à dissimuler les indices tout le long de la lecture. À la manière des magiciens, ils savent utiliser les mots afin d’entraîner l’attention du lecteur dans la direction souhaitée.

Cet atelier propose de montrer aux élèves comment le langage peut être utilisé pour entraîner le lecteur sur une fausse piste. Cet exercice est enrichissant pour eux, car il leur permet de comprendre que le langage est connoté et qu’il faut choisir ses mots avec soin pour obtenir l’effet escompté. L’activité leur permet aussi de comprendre les spécificités de l’écriture. C’est donc un atelier qui, sous le couvert d’une activité ludique et amusante, ouvre une porte sur la richesse et les possibilités de l’art littéraire.

3e primaire 4e primaire 5e primaire 6e primaire

J’ai créé un monstre!: atelier d’entraînement à la créativité

Dans sa série fantastique Les chroniques d’une Craquepote, Karine Lambert a créé un univers où une galerie de personnages, tantôt classiques, tantôt étonnants, s’amusent gentiment à transgresser les stéréotypes attendus d’un univers magique.

Dans cet atelier, Karine aborde la notion de stéréotype et propose aux élèves des moyens pour s’en éloigner lorsqu’ils souhaitent créer des personnages originaux. En utilisant les personnages de sa série fantastique Les chroniques d’une Craquepote, l’auteure amène tout d’abord les élèves à réfléchir à la notion de stéréotype. Quels personnages peuvent être qualifiés de stéréotypés? Quels personnages sont originaux? Quelles peuvent être les fonctions du stéréotype dans un texte? Pourquoi est-ce intéressant de créer des personnages hauts en couleur? Cette partie de l’atelier dure une quinzaine de minutes. Si les élèves ne sont pas familiers avec l’univers des Chroniques d’une Craquepote, l’auteure commence par leur présenter un court extrait afin de démarrer la discussion.

Dans la seconde partie de l’atelier, l’auteure utilise un petit jeu d’associations (le niveau de difficulté est adapté aux participants) afin de démontrer aux élèves qu’il n’est pas toujours facile de sortir des sentiers battus. Mais alors, comment stimuler l’imagination? L’auteure présente aux élèves des moyens simples et efficaces pour stimuler leur créativité et inventer des personnages du tonnerre. Les élèves sont d’ailleurs invités à tester leurs nouvelles connaissances : en petits groupes (de deux à trois élèves), ils doivent créer un monstre du jamais vu! Ils doivent décrire la créature, expliquer brièvement son comportement et, si le temps le permet, ils peuvent même en faire un croquis. Cette partie de l’atelier dure environ 30 minutes et le degré d’élaboration du monstre varie en fonction du groupe d’âge des participants.

Pour conclure l’atelier, l’auteure invite les participants à présenter leur monstre à leurs pairs. Elle s’assure que les élèves comprennent bien que leurs nouvelles stratégies peuvent être utilisées pour tous les personnages qu’ils souhaitent désormais créer.

3e primaire 4e primaire 5e primaire 6e primaire

Note : Communiquer directement avec cette ressource pour savoir si elle offre d’autres activités, notamment pour d’autres niveaux scolaires. Pour en savoir plus sur les conditions d’admissibilité, vérifier la page Aide financière.

Frais et conditions

La tenue de l’atelier ne nécessite aucun matériel particulier en dehors de ce qui est déjà présent dans une salle de classe (papier, crayons, pupitres, etc.).

Région(s) desservie(s)

Bas-Saint-Laurent, Saguenay—Lac Saint-Jean, Capitale-Nationale, Mauricie, Estrie, Montréal, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue, Chaudière-Appalaches, Laval, Lanaudière, Laurentides, Montérégie, Centre-du-Québec

Disponibilités

de septembre à juin

Assujetti aux taxes

Non

Lambert, Karine